La Wallonie est une terre agricole qui propose aujourd’hui des produits de grande qualité gustative dans une gamme très largement diversifiée : miels, huiles, épices, confitures, sirops de fruits, condiments, biscuits, plats préparés...

 

La qualité et la réputation de l’alimentation et de la gastronomie wallonnes s’appuient d’abord sur la valeur de ses matières premières agricoles. Mais elles sont également liées à la persistance d’un patrimoine alimentaire typiquement de chez nous. Voici deux exemples du savoir-faire alimentaire et culinaire de Wallonie, sélectionnés de manière totalement subjective… tant notre histoire est riche en diversité.

 

Spécialités culinaires régionales

Au premier titre de ces exemples, il nous faut lister les spécialités culinaires de Wallonie que l’on peut d’ailleurs encore se procurer dans certains magasins à la ferme ou chez certains artisans spécialisés.
 

Voici de manière non-exhaustive, quelques-unes des richesses culinaires typiques de chez nous :

Content image
  • Boulets à la liégeoise : boulettes de viande cuites dans une sauce préparée avec des oignons, du vinaigre, du sirop de Liège, de la cassonade et des raisins de Corinthe
Content image
  • Salade liégeoise : salade d’haricots verts, pommes de terre et lardons assaisonnée de vinaigre et servie tiède
Content image
  • Touffaye gaumaise : plat de type potée préparé à base de pommes de terre, de lardons, de crosse de jambon, de saucisse ou de côtelettes de porc
Content image
  • Pâté gaumais (IGP) : tourte à pâte levée farcie de porc mariné dans un vin blanc assaisonné d’épices et d’herbes
Content image
  • Escavêche de Chimay : plat de poisson (anguille, truite ou brochet) conservé dans une sauce au vinaigre (source photo : Escavêche du Val d'Oise)

Et aussi :

  • Avisance de Namur : saucisse enrobée de pâte feuilletée
  • Flamiche de Dinant : tarte à base de fromage frais et d’œufs
  • Matoufet des Ardennes : plat présenté en bouillie, en omelette ou en galette préparé avec des œufs, de la farine et du lard
  • Tarte al d’jote de Nivelles : tarte à base de fromage frais fermenté et de bettes

Trouvez les producteurs proches de chez vous

Nos bonnes adresses

Sirop de fruits

En Wallonie, l’origine des sirops de fruits est, comme pour les confitures et gelées, directement liée à la volonté de prolonger la durée de conservation des fruits au-delà de la saison de récolte. Il s’agit d’un liquide épais que l’on allonge d’eau fraîche pour obtenir une boisson rafraîchissante.

 

 

A l’origine de la Grèce et de la Rome antiques, les sirops de fruit étaient conservés avec du miel. Au 17ème siècle, le cuisinier de Louis XIV instaure l’utilisation du sucre de canne comme moyen de conservation et, un siècle plus tard, apparaît l’expression « sirop ».

 

Pour réussir un bon sirop selon la méthode traditionnelle

Il faut premièrement fabriquer un « sirop de sucre » qui s’obtient en dissolvant du sucre dans de l’eau, à froid ou à chaud. Verser 1,8 kg de sucre dans un litre d’eau et, après la dissolution, le mélange doit être filtré, refroidi et stocké.

Pour obtenir un sirop aromatisé, il suffit ensuite d’ajouter au « sirop de sucre » le sirop de fruits de votre choix. Pour préparer ce dernier, il faut cuire une dose de fruits, une dose d’eau et une dose de sucre et passer le produit de la cuisson au chinois pour obtenir un jus lisse et épais. Une fois refroidi, les deux composants peuvent être mélangés et stockés au frais pour garantir leur conservation.